Basket (Fiba Cup): battu en prolongation, Mons-Hainaut passe quand même en 8es

Barnes et les Renards ont fait preuve de caractère face à une solide opposition.
Barnes et les Renards ont fait preuve de caractère face à une solide opposition. - News

Mons-Hainaut 75

Iraklis Salonique 79 (A.P.)

Q.T. : 11-11, 21-15, 13-26, 21-14, 9-13

Mons-Hainaut : 21/44 à 2 pts, 7/18 à 3 pts, 12 lfs sur 15, 34 rbds, 15 assists, 24 fp, Durham et Lambot sortis pour fautes. BARNES 7+7, DURHAM 5+11, PENAVA 8+2, VAN CAENEGHEM 0+0, SMITH 5+2+5, Spencer 4+10, Mortant 3+0, Lambot 0+2+4, Mintogo 0+0, Cage, Jean-Philippe

Iraklis : 18/47 à 2 pts, 9/22 à 3 pts, 16 lfs sur 18, 44 rbds dont 17 offensifs, 14 assists, 20 fp, Tsairelis sorti pour fautes. BOWLIN 7+0, ENECHIONYIA 0+5+3, HANLAN 8+11+3, KAVVADAS 4+6+1, SUGGS 0+3+4, Tsairelis 2+4, Hatcher 0+5+2, Verginis 0+3, Gkiouzelis 0+0, Schizas 3+3, Ebanks 2+0, Georgalas

Après le triple de Barnes à 27 secondes de la fin (64-65), la cause semblait entendue pour les Renards. D’autant que Spencer enfonçait le clou quelques secondes plus tard. « À 66-65, rien de grave ne devait, en principe, nous arriver. Il restait quatre secondes à jouer et nous pouvions perdre cette rencontre d’une ou deux unités. Il suffisait simplement de ne pas commettre de fautes. Et notre coach de le rappeler lors du temps mort. Je me demande si Arik Smith (4/16) avait bien compris le message car il envoie directement Hanlan à la ligne des lancers. Alors que d’ordinaire, le meneur canadien se révèle un métronome dans cet exercice, il loupe le deuxième. Conséquence : une prolongation à disputer sans le concours de Jabril Durham (5/13, 3 rbds). Lors de celle-ci, nous sommes passés par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel avant de pouvoir savourer cette qualification », a expliqué Thierry Wilquin.

Jusqu’au-boutisme et abnégation

De cette rencontre, on retiendra le jusqu’au-boutisme et l’abnégation de l’équipe montoise. Après une excellente entame (32-24), les Grecs sont parvenus à inverser la tendance grâce à leur mainmise sur le rebond et une belle réussite au périmètre. Lorsque le marquoir afficha 48-59, plus personne n’osait encore croire au miracle. C’était mal connaître la mentalité affichée par ce groupe qui se mit à grappiller les économies de l’Iraklis.

« Compte tenu de la valeur de nos adversaires, c’est une belle qualification », ajoute Thierry Wilquin. « N’oublions pas qu’une bonne partie du groupe n’avait jamais évolué à un si haut niveau. Ces rencontres doivent nous apporter un plus pour la suite. Place maintenant à notre prochain rendez-vous en championnat : la venue d’Ostende, dans deux semaines, à la Diamonte mons.arena. »

CHRISTIAN LAURENT

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Mons (Hainaut)Ostende (Flandre occidentale)
Aussi en Sport régional