Cavendish renoue avec le succès sur le Tour: ce qu'il faut retenir de la 4e étape

Vidéo
Belga
Belga

Paradoxalement, le départ était surtout marqué par le mouvement de protestation du peloton, immobile un court instant avant quelques kilomètres en roue libre. Désireux de rouler par respect du public, les coureurs appelant au même respect, pour leur sécurité avant tout.

La course reprenant ses droits, c'est Van Moer qui passait à l'attaque, emmenant avec lui le seul Périchon. Volonté de montrer le maillot plus que réellement espérer éviter une arrivée massive, le duo collaborait jusqu'au démarrage du coureur Lotto, visiblement plus solide.

Son viatique remontait au-dessus de la minute à dix bornes du but. S'engageait pour le coureur de Beveren un contre-la-montre, seul face aux équipes de sprinters. DSM et Trek d'abord, Deceuninck-Quick Step ensuite par l'entremise d'Alaphilippe allaient anéantir les illusions de Van Moer à 200 mètre de la ligne. Un travail payant car si Philipsen lançait de loin, trop loin, il ne pouvait résister au retour de... Cavendish qui s'imposait sur la ligne devant Bouhanni.

Un succès tout en émotion pour le natif de l'Ile de Man, félicité de toutes parts, victorieux sur le Tour pour la première fois depuis 2016. Un retour au plus haut niveau auquel peu croyaient encore voici quelques mois. Un pari gagnant de Patrick Lefevere !

L'homme du jour

A 36 ans, Mark Cavendish a retrouvé la plénitude de ses moyens, les jambes et l'explosivité de ses meilleures années. On le pensait en fin de carrière à l'automne dernier chez Bahrain avant que Patrick Lefevere ne le récupère chez Quick Step. Pas prévu sur le Tour mais rappelé en dernière minute en Bretagne suite au forfait de Sam Bennett, le Manx Express a frappé fort !

L'équipe du jour

Deceuninck-Quick Step avait entamé le Tour de la meilleure manière avec Alpahilippe, victoire d'étape et maillot jaune en prime. A Fougères, Cavendish a conquis un deuxième bouquet pour les siens, et endossé le maillot vert que portait... Alpahilippe. Le Wolfpack est au rendez-vous.

Le Belge du jour

L'attaque de Brent Van Moer démontrait la volonté des Lotto de rebondir après l'abandon de Caleb Ewan. Victorieux au Dauphiné Libéré, le Waeslandien a cru en ses chances jusqu'au bout, seul face au peloton. La meute des sprinters a dû s'employer jusqu'à 200 mètres du but pour le remonter. Le prix de la combativité s'avère sans doute une maigre consolation mais Van Moer s'est fait un nom, et retentera le coup.

Le battu du jour

Plus qu'un battu, c'est toute une série de spécialistes du sprint qui a pris acte. Les jeunes Philipsen, Bol et Pedersen ; les plus expérimentés Sagan, Bouhanni ou Colbrelli ont mesuré de visu que Mark Cavendish n'appartient pas au passé.

Le chiffre du jour

10. Ville départ ce mardi, Redon avait déjà accueilli le Tour voici dix ans. Il s'agissait alors de l'arrivée de la 3e étape du Tour 2011, partie d'Olonne-sur-Mer. Tyler Farrar y avait dicté sa pointe de vitesse devant Romain Feillu et Rojas. L'Américain avait dédié son succès à Wouter Weylandt, son ami, décédé sur les routes du Giro quelques semaines plus tôt.

L'image du jour

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Beveren (Flandre orientale)
Aussi en Tour de France