Ce qu’il faut retenir de la 5e étape du Tour de France

Vidéo
Belga
Belga

Le chapitre breton refermé, les favoris s’affrontaient à distance sur le premier contre-la-montre de ce Tour. Remis ou pas des péripéties de premiers jours, désireux de creuser l’écart ou récupérer du temps, ils se voyaient proposer un tracé de 27 bornes autour de Laval, favorable aux purs rouleurs. Routes droites, peu de virages, des faux plats mais pas de véritable ascension, un exercice de spécialistes de l’effort en solitaire.

Pas étonnant dans ce conteste de voir le Danois Mikkel Bjerg, triple Champion du monde contre-la-montre chez les Espoirs, signer le premier chrono de référence (33.01). Bien mais largement supérieur au temps supersonique établi par Stefan Küng (32.19), à 50,5 km/h de moyenne !

Parmi les candidats au général, l’infortuné Roglic laissait une belle impression là ou Thomas demeurait au contraire en deçà des attentes. Le Slovène lâchait certes 25 secondes par rapport à Küng là mais le Gallois abandonnait une minute ! Entre les deux, Lutsenko et Uran.

Alors que l’on tablait sur deux matchs, le premier entre les purs rouleurs pour le succès du jour, le second entre les candidats au maillot jaune, Pogacar mettait tout le monde d’accord. Auteur d’un départ tonitruant, emmenant un gros braquet avec une apparente facilité, le vainqueur du Tour 2020 abaissait le chrono de référence à 32.00.83, soit 51 km/h de moyenne.

Quant à Mathieu van der Poel, il menait à bien sa mission du jour, conserver le maillot jaune. Guerrier devant l’éternel, il réalisait une superbe prestation, faisant jeu égal avec Van Aert à chaque pointage pour signer le 5e temps du jour et rester en tête du général pour 8 secondes.

Une excellente affaire pour Pogacar néanmoins : il ne voulait pas du maillot à ce stade de la course et creuse l’écart sur tous ses adversaires potentiels

L’homme du jour

Les images de la Planche-des-Belles-Filles sont rapidement revenues dans les sprints au vu de la démonstration de Tadej Pogacar. Sur un parcours favorable aux rouleurs, il a mis tout le monde d’accord. Comme l’affirmait Stefan Küng après coup, le jeune Slovène est sans doute le meilleur coureur du monde, il sait tout faire. Et visiblement, il est arrivé fin prêt sur ce Tour

L’équipe du jour

À défaut de victoire, la formation Jumbo-Visma place trois hommes au sein du Top 10 : Jonas Vingegaard 3e, Wout Van Aert 4e et Primoz Roglic 7e. Ce dernier se replace en ordre utile au classement général, seul Pogacar réalisant une (bien) meilleure opération.

Le Belge du jour

Wout Van Aert s’élançait pour la gagne mais, de son propre aveu, ne se trouvait pas dans un grand jour. Dominé par Pogacar, Küng et Vingegaard, le coureur d’Herentals reste 3e du général (à 30 secondes) et misera dès ce jeudi sur ses qualités de sprinter pour viser le succès à Châteauroux.

Le battu du jour

Sur base de ses qualités intrinsèques, Geraint Thomas espérait sans doute davantage de cet exercice en solitaire. Moins rapide que Roglic et Uran notamment, il demeure surtout derrière son équipier Richard Carapaz au classement. La hiérarchie et la tactique chez Ineos restent donc à établir…

Le chiffre du jour

51. Le dossard de Julian Alaphilippe ? Oui mais aussi la moyenne horaire réussie par Tadej Pogacar sur les 27,2 kilomètres du parcours mayennais. 51 km/h soit 9 km/h plus vite que son équipier Brandon McNulty, dernier classé du jour.

L’image du jour

Aussi en Tour de France