Cavendish: «Une 35e victoire ? Je dois encore survivre à trois étapes de montagne»

Photonews
Photonews

Tel le phénix, Mark Cavendish renaît de ses cendres. Alors qu’il pensait devoir mettre un terme à sa carrière fin 2020, il a trouvé refuge chez Deceuninck-Quick Step. Présent sur le Tour de France, il a enlevé la bagatelle de quatre étapes et porte le maillot vert du classement par points. À la question de savoir combien de temps il peut encore courir, le Britannique de 36 ans est resté assez vague. « Je dois encore parler avec Patrick (Lefevere, son manager général, ndlr) », a-t-il lancé.

Appelé pour remplacer Sam Bennett, blessé, Cavendish a égalé le record de victoires d’étape sur le Tour d’Eddy Merckx. Les deux hommes comptent 34 bouquets chacun. « C’est un Tour de France incroyablement beau, un Tour auquel je n’ai même jamais rêvé. Une 35e victoire ? Je dois encore survivre à trois étapes de montagne. Ce serait génial et je saisirai chaque opportunité. J’ai toujours cru en mes capacités d’encore gagner sur le Tour, sinon je n’aurais pas pris le départ. »

Parfaitement bien emmené lors de chacune de ses quatre victoires, ’The Manx Express’ a pu compter sur le soutien de « la meilleure équipe du monde ». « Vous ne pouvez pas être ici juste pour être dans la course. Vous devez tenter votre chance. Je me sens si bien avec ce train. »

Le peloton est à la veille d’un redoutable triptyque pyrénéen. Dimanche, Cavendish a terminé à la 147e et dernière place, entouré de trois de ses équipiers. « Tout le monde pense que le gruppetto c’est bien, qu’on rigole un coup et qu’on s’amuse. Ce n’est pas absolument pas le cas. Je suis chaque fois stressé à l’idée d’arriver dans les délais. On ne parle pas assez du travail effectué par Michael Morkov, Tim Declercq et Dries Devenyns. Je vais devoir survivre aux trois prochaines étapes si je veux encore disputer un sprint. »

Il devra aussi passer les Pyrénées pour tenter de ramener le paletot vert à Paris et ainsi remporter le classement par points pour la seconde fois après 2011. ’Cav’ mène le classement avec 279 points, soit respectivement 72 et 105 de plus que Michael Matthews et Jasper Philipsen. « Je compte évidemment le défendre », a-t-il affirmé.

Aussi en Tour de France