Le puissant message de Marcus Rashford, victime d’insultes racistes

Photonews
Photonews

Marcus Rashford a été pris pour cible sur les réseaux sociaux après avoir manqué son tir au but en finale de l’Euro face à l’Italie. L’attaquant anglais a reçu des très nombreuses injures racistes, tout comme ses équipiers Jadon Sancho et Bukayo Saka. Une fresque à son effigie à Withington a même été vandalisée. Face à cette déferlante de haine, Rashford a publié lundi soir une longue lettre pour répondre à ses détracteurs, mais aussi remercier ceux qui le soutiennent. Un message puissant de la part de l’Anglais, très engagé notamment dans la lutte contre la précarité alimentaire dans son pays.

« Je ne sais pas par où commencer et je ne sais même pas comment mettre des mots sur ce que je ressens actuellement. J’ai eu une saison difficile. Je pense que ça a été clair pour tout le monde et j’ai probablement manqué de confiance sur cette finale. J’ai toujours assumé sur penalty, mais quelque chose ne s’est pas bien passé », confie Rashford. « Pendant la longue course (avant de tirer), j’ai essayé de gagner du temps. Le résultat n’a pas été celui que je voulais. J’ai le sentiment d’avoir laissé tomber mes coéquipiers, d’avoir laissé tomber tout le monde. »

« Un penalty, c’est tout ce qu’on me demandait pour l’équipe. Je peux marquer des penalties en dormant alors pourquoi pas celui-là ? Ça tourne dans ma tête encore et encore depuis que j’ai frappé le ballon et il n’y a probablement pas de mot pour décrire ce que je ressens. La finale. 55 ans. Un penalty. L’histoire. Tout ce que je peux dire, c’est que je suis désolé. J’aurais voulu que ça finisse différemment. »

« Tout en continuant de dire que je suis désolé, je veux remercier mes coéquipiers. Cet été a été l’un des meilleurs rassemblements que j’ai connu et vous y avez tous contribué. Une fraternité s’est construite, qui est incassable. Votre succès est mon succès. Vos échecs sont les miens. J’ai grandi dans un sport où je m’attends à lire des choses écrites sur moi. Que ce soit la couleur de ma peau, où j’ai grandi, ou plus récemment, comment je passe mon temps en dehors du terrain. Je peux accepter les critiques sur mes performances, mon penalty n’était pas assez bon, il aurait dû rentrer, mais je ne m’excuserai jamais pour ce que je suis et d’où je viens. »

« Je n’ai jamais été aussi fier qu’en portant les Three Lions sur ma poitrine et en voyant ma famille me féliciter parmi une foule de plusieurs dizaines de milliers de personnes. J’ai rêvé de jours comme ça. Les messages que j’ai reçus aujourd’hui ont été majoritairement positifs et voir la réponse à Withington m’a mis au bord des larmes. Les communautés qui m’ont toujours entouré de leurs bras continuent de me soutenir. Je suis Marcus Rashford, 23 ans, un homme noir de Withington et Wythenshawe, South Manchester. Si je n’ai rien d’autre, j’ai ça. Pour tous les gentils messages, merci. Je reviendrai plus fort. On reviendra plus fort. »

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Euro 2020