Steven Van Gucht: «Les modèles prédisent une quatrième vague en octobre ou novembre»

Steven Van Gucht: «Les modèles prédisent une quatrième vague en octobre ou novembre»
Photonews

Entre le 21 et le 27 août, 2.012 nouvelles contaminations ont été enregistrées en moyenne chaque jour (+3 %) en Belgique, selon les chiffres de Sciensano. Par ailleurs, entre le 24 et le 30 août, 59,6 personnes ont été admises en moyenne chaque jour à l’hôpital. Bref, s’ils se stabilisent, les différents indicateurs liés au coronavirus en Belgique ont augmenté au cours des dernières semaines.

Et, avec les assouplissements qui entrent en vigueur dès ce mercredi, Sciensano s’attend à voir une « quatrième vague » débarquer chez nous. C’est en tout cas ce que Steven Van Gucht a annoncé lors d’une conférence de presse tenue ce matin : « On a des modèles qui évaluent l’évolution des chiffres à court terme », a-t-il expliqué. « À court terme, on s’attend à une poursuite de l’augmentation des contaminations et des hospitalisations, surtout à Bruxelles ».

Steven Van Gucht estime qu’une stabilisation est possible en Flandre, où la couverture vaccinale est importante, contrairement à la capitale. Concernant la vision à plus long terme, Steven Van Gucht se montre même assez pessimiste : « Sur nos modèles, on voit apparaître une quatrième vague, qui pourrait arriver dans le courant des mois d’octobre ou novembre. On imagine que son importance sera située entre la 2e et la 3e vague ».

Et forcément, la Wallonie mais surtout Bruxelles seraient plus touchées que la Flandre : « Mais que ce soit clair, ce sont des possibilités, des scénarios, mais pas des certitudes. Et les prévisions concernant les hospitalisations peuvent être diminuées par deux si on adapte nos comportements. La façon dont on se comporte peut provoquer un aplanissement des courbes », a-t-il conclu.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région flamandeBruxelles (Bruxelles-Capitale)Région wallonne
Aussi en Belgique