Edito: «Et nos sinistrés?» ne doit pas devenir le nouveau «Et nos SDF?»

Editorial
Edito: «Et nos sinistrés?» ne doit pas devenir le nouveau «Et nos SDF?»

Rappelez-vous la fuite en masse de Syriens au plus fort de la guerre, arrivant par centaines de milliers en Europe. Outre les commentaires ouvertement racistes et xénophobes, nous avons eu droit à des comparaisons douteuses. Je parle ici du fameux « Et nos SDF ? ». Sous-entendu : c’est bien beau d’accueillir tous ces gens qui fuient la guerre et n’ont plus rien, mais que fait-on pour ceux qui n’ont plus rien ici, en Belgique ?

Il ne faut surtout pas tomber dans ce piège. Parce tout d’abord, ce sont des millions d’euros qui sont dépensés chaque année dans des politiques sociales pour aider les personnes en grande précarité. Ensuite, parce qu’aider l’un n’empêche pas d’aider l’autre. Enfin, parce que nous avons tous aussi un devoir d’humanité.

Ce qui est quelque peu inquiétant, c’est de voir le mécanisme se répéter avec, dans le cas présent, l’Afghanistan. Sauf que cette fois, le vocable a changé. Le « Et nos SDF » et devenu « Et nos sinistrés ». Comme si les autorités ne mettaient pas tous les moyens dont elles disposent, fût-ce imparfaits, pour aider les gens qui ont tout perdu mais les consacraient uniquement à organiser les opérations de sauvetage, désormais terminées, en Afghanistan.

Manifestons plutôt notre solidarité et notre humanisme pour aider les plus faibles, quels qu’ils soient.

Notre sélection vidéo
Aussi en LIEGE VILLE