Champ libre pour Alain Mathot en 2024… s’il le veut

Champ libre pour Alain Mathot en 2024… s’il le veut

Francis Bekaert a donc pris sa décision. L’homme, à la tête de la Cité du Fer depuis trois ans est usé. Choisi par le PS sérésien afin que celui-ci ne s’entre-déchire par entre les deux jeunes échevines rivales Crapanzano et Geradon, Bekaert était en quelque sorte la « troisième voie », celle qui évitait de trancher dans le vif et permettait de rassembler. Car s’il est un élément à mettre à son actif, c’est en effet le fait d’avoir réussi à « fédérer » son collège exclusivement PS pour avancer, même si les tensions interpersonnelles existent toujours bel et bien.

Par contre, nul n’est dupe. L’influence d’Alain Mathot sur la politique sérésienne reste totale. Si ce dernier est en retrait depuis des années pour se focaliser sur son procès, il n’en reste pas moins l’homme de l’ombre qui contrôle tout. Les contacts Mathot-Bekaert sont quotidiens et l’implication de l’ex-maïeur dans des dossiers phares – on pense au Val Saint-Lambert – est totale. C’est là un secret de polichinelle.

Tous les regards sont tournés vers le procès en appel pour corruption. Si l’acquittement d’Alain Mathot était confirmé, il aura une voie royale pour revenir, tout auréolé de son innocence, en 2024 et s’imposerait naturellement comme chef de file des socialistes sérésiens. L’annonce de Francis Bekaert va dans ce sens. Reste une question : Mathot en a-t-il seulement envie ? Car en l’état, il est un peu le bourgmestre de l’ombre, influence tout et pèse sur tout, sans avoir les inconvénients ni les responsabilités qui incombent à la fonction. Loin d’être inconfortable…

Notre sélection vidéo
Aussi en REGION LIEGEOISE