Grève chez Lidl: «Le mouvement pourrait se durcir»

Grève chez Lidl: «Le mouvement pourrait se durcir»
Archives Belga

Plus de 100 supermarchés Lidl sur les 300 que compte l’enseigne en Belgique sont fermés mercredi en raison de la grève contre la charge de travail trop élevée. On y retrouve 60 filiales en Flandre et plus de 40 en Wallonie et à Bruxelles, ont indiqué les syndicats ACV Puls et BBTK et la direction. Deux centres de distribution, à Genk et Gullegem, sur cinq sont aussi touchés par les actions.

« C’est un avertissement à la direction. Plus d’un tiers des magasins sont fermés et si la direction ne revient pas autour de la table, l’action pourrait se prolonger ces prochains jours », avait lâché Koen De Punder, délégué ACV Puls.

La direction de Lidl déplore la grève car elle avait émis « une proposition constructive ». Selon la CGSLB, la réunion de conciliation de ce lundi a bien eu lieu, mais aucune solution n’a été trouvée.

« Si Lidl a fait des propositions, celles-ci restent insuffisantes et ne répondent pas aux difficultés rencontrées quotidiennement par le personnel. Depuis 2018, de nouvelles tâches se sont rajoutées, de nouveaux articles ont élargi les rayons d’assortiment des magasins Lidl. Le personnel s’épuise, il n’en peut plus », précise le syndicat. « Le mouvement pourrait se durcir ».

Les syndicats se plaignent depuis plusieurs mois de la charge de travail au sein du distributeur. Une grève dans les magasins avait pu être évitée in extremis en juin alors qu’une grève avait touché les dépôts en avril.

À Genk, le centre restera bloqué jusqu’à ce qu’un accord ne soit conclu

Le centre de distribution de l’enseigne Lidl à Genk restera bloqué jusqu’à ce qu’un accord soit conclu entre la direction et les syndicats, a annoncé le syndicat socialiste flamand BBTK.

« À moins qu’un accord soit trouvé, le piquet restera présent les prochains jours », prévient Mary-Anne Smeets, du BBTK Limbourg.

Aussi en Belgique