Une résolution pour réduire l’éclairage nocturne non résidentiel en Wallonie

Une résolution pour réduire l’éclairage nocturne non résidentiel en Wallonie
Isopix

Au sud du pays, l’éclairage nocturne non résidentiel est presque partout : des autoroutes aux vitrines de commerces en passant par les publicités lumineuses, les façades de bâtiments publics ou encore les jardins publics.

Or, ce recours intensif à l’éclairage nocturne engendre à la fois un gaspillage énergétique, et donc un coût, mais aussi une pollution lumineuse qui a des effets tant environnementaux que sanitaires, souligne Sophie Pécriaux (PS), primo-signataire de la résolution déposée par la majorité PS-MR-Ecolo.

Concrètement, le texte adopté ce lundi en commission, appelle le gouvernement wallon à améliorer l’impact des dispositifs d’éclairage et des sources lumineuses pendant la nuit.

Une demande d’évaluation de l’impact de cet éclairage

Il demande également l’évaluation de l’impact sur la consommation électrique à l’échelle de la Wallonie d’une obligation d’extinction, pendant une partie de la nuit, des éclairages intérieurs des locaux à usage professionnel inoccupés, des éclairages de vitrines de commerces ou d’exposition, des illuminations des façades commerciales ou des bureaux, des parcs et jardins publics fermés la nuit ainsi que des publicités lumineuses.

« Sur base de cette évaluation, il faudra étudier l’obligation d’extinction pendant une partie de la nuit », estime la majorité selon laquelle des dérogations pourraient toutefois être prévues, notamment pour les éclairages destinés à assurer la sécurité des bâtiments et des personnes lorsqu’ils sont liés à des dispositifs de détection de mouvement ou pour les éclairages liés aux services d’urgence et aux pharmacies.

Le texte demande en outre à l’exécutif régional d’inciter les entreprises à mettre en place un plan d’action afin de réduire considérablement leur consommation électrique liée à l’éclairage nocturne.

Enfin, durant les débats, le cdH a soumis – en vain – un amendement appelant à ce que le gouvernement fasse rapport d’ici un an de l’avancement de ses travaux sur le sujet.

La proposition de résolution a malgré tout été approuvée à l’unanimité. Elle devra encore être adoptée par la séance plénière dans les semaines à venir.

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique