40 mois avec sursis pour une expédition punitive à Hastière

Elle a fait oppostion à son premier jugement.
Elle a fait oppostion à son premier jugement. - ILLU/BELGA

Quarante mois de prison avec un sursis de cinq ans ont été prononcés, mercredi sur opposition par le tribunal correctionnel de Dinant, contre une femme poursuivie pour avoir été l’instigatrice d’une expédition punitive, menée le 7 mai 2015 dans un camping-résidentiel à Hastière.

La prévenue a fait appel à sa famille pour régler un conflit de voisinage. «J’ai tout entendu mais je n’ai rien vu car j’étais chez moi, en face, quand ça s’est passé», expliquait-elle. Mais c’est pourtant elle qui avait expliqué à son frère que ses voisins avaient voulu mettre le feu à son chalet et empoisonner son chat.

Le jour des faits, elle a indiqué à son frère, venu avec son neveu et deux autres personnes, où se trouvait le chalet des voisins en question. Elle a aussi pris soin de masquer la plaque d’immatriculation de son véhicule.

Les quatre individus, armés, avaient agressé cinq personnes, trois hommes et deux femmes. L’un d’eux avait reçu un coup de crosse de fusil au niveau du crâne, puis un autre au moyen d’une barre de fer. L’homme, qui a failli perdre la vie, conserve des séquelles, à savoir des céphalées et des migraines permanentes.

Les quatre autres personnes s’étaient quant à elles réfugiées dans une chambre alors qu’un des agresseurs les attaquait avec une batte de baseball.

La défense plaidait l’acquittement, estimant que la prévenue n’avait jamais demandé à son frère de commettre les faits.

BELGA

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Dinant (prov. de Namur)Hastière (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers