«À situation extrême, réaction extrême»: le message bouillant des Ultras du Standard

Vidéos
«À situation extrême, réaction extrême»: le message bouillant des Ultras du Standard
Photo News

Une lettre sulfureuse ponctuée par quatre revendications. S’il fallait encore des preuves, le communiqué des Ultras Inferno du Standard acte la rupture du lien, déjà fort fragilisé, entre la direction et sa base de fans. Le groupe de supporters installé en T3 partage son sentiment d’humiliation ressenti dès l’heure de jeu face à « l’ennemi wallon. » «Au-delà d’un match, c’est tout un club qui sombre », peut-on lire dans le communiqué partagé sur Facebook. Les UI96 s’interrogent : « Quelle sera la prochaine étape ? »

L’état des lieux décrit « côté terril » - amplifié par la signature du PHK04 logé en T4 - est dressé en cinq paragraphes et se ponctue par une quadruple revendication  :

1- Une communication claire pour l’ensemble des supporters ;

2- La démission du directeur général Alexandre Grosjean  ;

3- De plus amples informations sur les investisseurs annoncés ;

4- Le retrait dans l’organigramme du club du président, Bruno Venanzi.

Quant aux incidents survenus en fin de rencontre contre Charleroi , ceux-ci se réduisent à quelques allusions, allant dans le sens d’une approbation des événements et se résumant en une phrase : « À situation extrême, réaction extrême. » Les Ultras vont même un cran plus loin puisqu’ils lancent un appel au boycott  : « Nous appelons tous les supporters qui ne sont plus d’accord avec la gestion du club à montrer leur mécontentement en boycottant les prochaines matches tant que nous serons interdits. »

La crise fait rage en bord de Meuse, et c’est un euphémisme que de l’écrire.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Charleroi (Hainaut)

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Standard