La Wallonie accélère l’assainissement de ses anciennes décharges, dont celle de Limoy

La Région wallonne met la priorité sur la décharge namuroise de Limoy.
La Région wallonne met la priorité sur la décharge namuroise de Limoy. - V.L.

Dans le cadre de son plan de relance, le gouvernement wallon a décidé ce jeudi d’accélérer l’assainissement de ses anciennes décharges, dont celle du site de l’ex-décharge de Limoy à Namur.

Pour ce faire, le gouvernement a prévu une enveloppe budgétaire d’un peu plus 16 millions d’euros pour les années budgétaires 2022-2024.

Concrètement, une série de travaux (drainage et traitement des gaz, pompage et traitement des eaux souterraines, dispositif d’étanchéification) seront effectués pour éviter les risques d’explosion à la suite des dégagements de gaz dits « de décharge », mais aussi les risques de pollution des sols et des nappes phréatiques tout en apportant de la valeur ajoutée au territoire.

Les décharges qui seront prochainement assainies sont celles d’Ormont (Tournai), Basse-Wavre (Wavre), Limoy (Namur), Chêne à l’Image (Châtelet), du Marais (Boussu), Crayère des Fonds de Morvau (Binche) et Carrière du Radar (Flobecq).

Une priorisation en fonction du degré d’urgence d’intervention a été établie entre les décharges les plus problématiques.

« Les sols constituent une ressource naturelle qui n’est pas indéfiniment renouvelable et qui doit être protégée. Invisible, la pollution qui peut y régner ne peut y subsister. C’est important, tant pour la santé et la sécurité des riverains que pour éviter la pollution des masses d’eau », a commenté dans un communiqué la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier.

BELGA

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Province de Namur