Guerre en Ukraine: l’exigence d’Erdogan pour accepter la Suède dans l’Otan

Guerre en Ukraine: l’exigence d’Erdogan pour accepter la Suède dans l’Otan

Le chef de l’Etat turc a eu samedi son premier entretien téléphonique avec la Première ministre suédoise Magdalena Anderson depuis le début de la crise ouverte entre les deux pays, ainsi qu’avec la Finlande, à propos de leur adhésion à l’Alliance atlantique.

Dans un communiqué publié juste après cet appel, M. Erdogan indique «attendre de la Suède qu’elle prenne des mesures concrètes et sérieuses, montrant qu’elle partage les inquiétudes de la Turquie à l’égard de l’organisation terroriste du PKK (le parti des Travailleurs du Kurdistan) et de ses extensions en Syrie et en Irak».

Il demande également à Stockholm de «lever ses restrictions» sur les exportations d’armes vers Ankara depuis octobre 2019, à la suite des opérations militaires conduites par la Turquie dans le nord de la Syrie et de l’Irak contre des positions du PKK et de ses alliés kurdes des YPG, soutenus par les Etats-Unis contre l’Etat islamique.

Cet appel téléphonique entre les deux dirigeants n’était pas attendu.

Le président turc doit également s’entretenir avec son homologue finlandais.

La Turquie a ouvert une crise au sein de l’Otan, dont elle est membre, en s’opposant à l’extension de l’organisation aux deux pays nordiques: elles les accuse d’héberger et soutenir les membres du PKK, classé comme organisation terroriste par Ankara mais aussi Washington et l’Union européenne.

Stockholm et Helsinki ont officiellement déposé lundi leur demande d’adhésion à l’Alliance à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine.

Ankara veille depuis le début de la guerre à maintenir des relations avec les deux belligérants.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde