GSK se mobilise en faveur de l’inclusion des personnes handicapées

GSK, l’entreprise pharmaceutique wavrienne.
GSK, l’entreprise pharmaceutique wavrienne. - Belga

Ces 5 dernières années, trois recrues présentant des déficiences ont intégré les rangs de la société après y avoir effectué un stage. « GSK se positionne comme un employeur moderne, sensible au bien-être de son personnel, et favorisant une politique globale de diversité et d’inclusion », explique Isabelle Leclercq, responsable RH pour la Belgique à l’entame de la visite de presse. « Cette politique se décline autour de plusieurs sujets : la diversité ethnique, l’égalité des genres, le soutien des personnes appartenant à la communauté LGBTQIA+ et bien évidemment l’inclusion de personnes porteuses d’un handicap ».

Désireuse de leur offrir une porte d’entrée sur le monde du travail, GSK s’est lancée dans le projet « Duo Day ». Le principe est d’accueillir un stagiaire en situation de handicap qui travaille pour quelques jours en duo avec un employé. Depuis 2018, l’entreprise a accueilli une dizaine de stagiaires via ce projet, trois d’entre eux ont décroché un poste dans la société.

« J’ai réalisé mon rêve »

C’est le cas de Wendy, hémiplégique, qui témoigne : « Je voulais fabriquer des vaccins et rejoindre GSK depuis mes 14 ans. Aujourd’hui, j’ai 25 ans, je suis ingénieure civile à orientation biomédicale et j’ai réalisé mon rêve professionnel », se réjouit la jeune femme, élégamment vêtue d’une robe printanière vaporeuse et volantée, talons noirs aux pieds.

Parmi les autres initiatives mises en place dans l’entreprise pharma, il y a également les aménagements spéciaux conçus pour les collaborateurs en situation d’un handicap invisible, tels que l’installation de tables montantes, de rampes, d’équipements pour malentendants dans les salles de réunion, etc.

Enfin, la société mène des campagnes de sensibilisation. Un groupe de soutien nommé « Employee Resource Group » (ERG) a d’ailleurs été créé afin de permettre aux employés engagés de contribuer à rendre GSK plus inclusif pour les personnes porteuses de handicap.

« Nous sommes très fiers de voir que de grandes entreprises basées en Wallonie s’engagent pour l’égalité des chances, avec leurs collaborateurs et des partenaires externes. L’intégration des valeurs de diversité et d’inclusion dans la théorie d’une entreprise est une chose et la mise en place d’initiatives concrètes de ce genre en est une autre », a salué la ministre wallonne de l’Egalité des chances, Christie Morreale.

Un enthousiasme partagé par Karine Lalieux. «   Le marché du travail peut parfois se montrer frileux envers les personnes porteuses d’un handicap. Il est primordial que les entreprises privées mais aussi nos administrations publiques réfléchissent à la manière d’intégrer au mieux ces personnes pour leur permettre de trouver leur place dans le monde du travail   », a indiqué la ministre fédérale chargée des Personnes handicapées.

GSK, qui produit notamment des vaccins, dénombre 9.000 employés en Belgique.

En marge de cette visite, Karine Lalieux a annoncé le prochain dépôt sur la table du gouvernement de cinq pistes d’action pour relever et soutenir le taux d’emploi des personnes en situation de handicap dans les services publics fédéraux. Le taux d’emploi des personnes en situation de handicap y est de 1,06   %, alors qu’il existe une obligation légale d’atteindre les 3   %.

La ministre Lalieux propose de convoquer le Collège des présidents des services publics fédéraux ainsi que les responsables du Selor et du réseau fédéral Handicap. L’objectif sera d’analyser en profondeur les causes des mauvais résultats relevés par la CARPH (Commission d’accompagnement pour le recrutement de personnes avec un handicap dans la fonction publique fédérale) et les obstacles au recrutement des personnes en situation de handicap. Le rapport serait attendu pour l’automne 2022.

Ensuite, sur base de ce rapport, des mesures concrètes seront définies et des trajectoires seront élaborées pour chacune des administrations pour les aider à atteindre le taux de 3   %.

La ministre soumettra également au gouvernement l’introduction d’un mécanisme de sanction «   pour responsabiliser les services publics qui ne respecteraient pas la trajectoire définie   ».

Belga

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Wavre (c.f. Wavre)Région wallonneWavre (Brabant wallon)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW