Affaire Epstein: Ghislaine Maxwell placée à l’isolement pour risque suicidaire

Affaire Epstein: Ghislaine Maxwell placée à l’isolement pour risque suicidaire
Photonews

Si une telle situation persiste, ses avocats entendent réclamer le report du prononcé de sa condamnation, prévu mardi.

« Mme Maxwell a été brutalement (…) renvoyée à l’isolement » vendredi, a écrit l’une de ses avocats, Bobbi Sternheim, dans une lettre adressée samedi à la juge Alison Nathan.

Elle assure que sa cliente s’est vue refuser l’accès à des documents légaux et du temps pour s’entretenir avec ses avocats, ce qui « l’a empêchée de se préparer pour sa condamnation ».

Sous surveillance

Ghislaine Maxwell, 60 ans, a été placée sous surveillance pour risque de suicide sans évaluation psychologique et « sans justification », poursuit Mme Sternheim, qui a annoncé que ses avocats demanderaient lundi, si tel était toujours le cas, le report du prononcé de la condamnation.

Une évaluation psychologique a été réalisée samedi et « a déterminé qu’elle n’était pas suicidaire », assure encore l’avocate.

La fille du magnat britannique des médias Robert Maxwell, qui a la triple nationalité britannique, américaine et française, avait été reconnue coupable le 29 décembre de cinq des six chefs d’accusation qui pesaient sur elle, dont le plus grave de trafic sexuel de mineures pour le compte d’Epstein.

Une réclusion à vie ou presque

Elle encourt de 30 à 55 années de réclusion criminelle.

Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein formèrent un couple et furent ensuite collaborateurs et complices pendant 30 ans.

Le financier multimillionnaire, aux puissants réseaux économiques et politiques aux États-Unis et à l’étranger, était lui-même accusé de viols de jeunes filles, mais son suicide en prison a éteint l’action publique à son encontre.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde