Pour Boris Johnson, il est «difficile» de convaincre la Turquie de lever son veto

Pour Boris Johnson, il est «difficile» de convaincre la Turquie de lever son veto
Photonews

«La Finlande et la Suède, en rupture avec des décennies de neutralité historique, veulent maintenant nous rejoindre. Cela sera une conversation difficile», a déclaré le Premier ministre britannique à des journalistes dans l’avion le transportant vers Madrid.

«Ce qui compte, c’est qu’il y a des progrès: les Suédois, en particulier, ont pris des mesures importantes concernant les (organisations kurdes du) PKK, des YPG, la question qui préoccupe particulièrement le président Erdogan», a-t-il ajouté.

«Je pense qu’il est très important pour notre alliance que ces deux pays soient intégrés», a-t-il insisté.

En mai, le Royaume-Uni a signé avec la Suède et la Finlande des accords de défense et de protection mutuelle en cas d’agression, sans attendre une éventuelle adhésion.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde