Deux ans de prison ferme pour le viol d’une sexagénaire dans une voiture

Illustration.
Illustration. - D.R.

Les faits datent de la nuit du 20 au 21 février 2021. La dame avait consommé de l’alcool et le prévenu lui avait demandé de le reconduire chez lui, tout en prenant le volant de la voiture de la victime. Sous le choc après ce viol, elle avait eu un accident de roulage alors qu’elle rentrait chez elle, et la police l’avait placée en cellule, vu son état d’ivresse.

C’est le lendemain que les policiers se sont aperçus que cette dame était en soutien-gorge sous sa veste et qu’elle avait saigné au niveau du sexe. Ils l’ont interrogée et elle a révélé qu’avant l’accident, elle avait été violée par un jeune homme, dans sa propre voiture. Des relevés ADN ont ensuite confirmé l’identité du prévenu.

À l’audience, celui-ci a expliqué qu’il avait abordé cette sexagénaire en fin de soirée, pour lui demander de le reconduire chez lui. Il a pris le volant et à le suivre, c’est elle qui aurait fait dévier la conversation vers des sujets équivoques. Leur relation sexuelle aurait alors été consentie, jusqu’au moment où il s’est aperçu que la dame changeait d’attitude, et il aurait dès lors mis fin d’initiative à ce rapport sexuel.

Le ministère public estimait de son côté que cette version n’était pas crédible: la victime a expliqué qu’elle avait tenté de repousser son agresseur, mais qu’elle était tétanisée, sous le choc de cette agression sexuelle. Et l’état d’ivresse de la sexagénaire était tel qu’elle n’avait pas pu donner un consentement libre et éclairé.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Grez-Doiceau (Brabant wallon)province du Brabant wallon

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers