Mondiaux d’athlétisme: les Cheetahs, une 6e place logique

Mondiaux d’athlétisme: les Cheetahs, une 6e place logique
PhotoNews

Elles savaient qu’il ne fallait pas trop rêver car les séries avaient clairement démontré que pour le 4 x 400 m féminin, il y avait trois équipes – les Etats-Unis, la Jamaïque et la Grande-Bretagne – loin devant, et puis les autres. Et cet ordre a été respecté sur la ligne d’arrivée.

Mais derrière, il y avait «la place» comme on dit. Celle, possible, pour un exploit. Mais celui-ci ne s’est pas produit. Les Cheetahs ont fini 6es de ces Mondiaux en 3.26.29, dans leur quatrième grande finale consécutive après l’Euro de Berlin (4es), les Mondiaux de Doha (5es) et les Jeux de Tokyo (7es). Un résultat logique.

Dès le départ, elles sont restées en fin de tableau, malgré le bon premier relais d’Helena Ponette qui allait transmettre le témoin en 6e position à Imke Vervaet, qui allait rétrograder d’une place. Paulien Couckuyt, rappelée aux affaires pour remplacer Naomi Van den Broeck, allait en regagner une, mais Camille Laus, maintenue dans cette position n’allait plus pouvoir finir en trombe et finir plus haut.

«Je pense pourtant qu’on aurait pu finir 4es», dit la capitaine. «Il y a eu des faits de course qui nous ont fait perdre du temps. Lors de mon relais, je n’ai pas pu partir de manière explosive parce que j’ai été gênée par la Française et ça nous a sans doute fait perdre 1 seconde et demie.»

Au cours de ces Mondiaux, le groupe s’est découvert une nouvelle membre prometteuse en la personne d’Helena Ponette. A 22 ans, celle qui a battu le record de Belgique espoir du 400 m lors des derniers championnats de Belgique (51.93) a fait preuve d’une grande maturité lors de son premier relais. «Jamais je n’aurais pensé être ici il y a quelques semaines», a-t-elle indiqué. «C’est très motivant pour la suite de ma carrière. »

L’équipe devrait gagner en rapidité si, comme on l’espère, Cynthia Bolingo reprend du service à l’Euro de Munich le mois prochain après être restée des mois sur la touche en raison de blessures. Ce sera aussi un soulagement pour Carole Bam, la coach de l’équipe, qui a connu des moments difficiles pendant ces championnats, où elle a révélé qu’elle estimait qu’on attendait une erreur de sa part pour la limoger.

«On est super contentes de Carole depuis 2018», a encore déclaré Camille Laus au nom du groupe. «Les résultats sont là. On aimerait qu’elle soit considérée pour son travail.»

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Munich (Baviere)BerlinÉtats-UnisBelgique

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Athlétisme